Comment se respecter, sans froisser la famille?

Comment se respecter, sans froisser la famille?

Par Fanny

Qui dit temps des fêtes, dit aussi : « Oh boy »! Les partys, les soupers, les visites, les déplacements et les « on veut donc faire plaisir à tout le monde ». Tout ça, c’est ben le fun quand on est dans la vingtaine et qu’une nuit blanche ne nous prend pas une  semaine pour qu’on s’en remettre. Avec des enfants, c’est encore plus difficile de s’en remettre… parce que eux là… eux là, ils retombent rapidement sur leurs pieds, mais tsé le pied gauche en se levant, ils retombent pas mal juste sur lui. C’est difficile pour eux et pour nous. On devrait apprendre à se mettre des limites et à les respecter durant le temps des fêtes. Cette année avec UN jeune garçon (amen aux familles nombreuses), j’ai décidé que premièrement, les soupers se feront chez moi (tsé beaucoup plus facile pour la routine et le dodo de bébé). Deuxièmement, j’invite toute la famille (même la belle-famille) donc, je m’évite 25 000 soirée-brunch-dîner-name it. Pis dernièrement, aweille la formule « potluck » ! C’est magique, parce que faire une salade de macaroni, c’est rapide. Je pense que l’important dans tout ce brouhaha, c’est de respecter ses limites et surtout, c’est d’apprendre à dire « non ». Je comprends qu’on ne veut pas faire de peine à personne, mais si le souper chez matante Ginette – fumeuse, dans son 3 et demi avec ses 4 chats – ne nous tente vraiment pas… Une petite balance décisionnelle plus tard, on peut simplement refuser son invitation et si on se sent vraiment mal, j’utilise la technique des « mensonges blancs » : ces petits mensonges qui ne font pas de mal. Pour matante Ginette, on peut y aller avec la carte du : « Pardonne-moi vraiment, on ne peut pas être présents, car un tel a (insérez-ici la maladie que vous voulez, la grippe c’est ben winner parce que le temps des fêtes. on le sait, c’est la saison des microbes), on ne voudrait pas vous contaminer. » L’autre option, si on se sent vraiment mal de ne pas y aller, j’opte pour la carte d’aller faire un acte de présence minimal. Donc : y aller pour dire bonjour, les petits becs et bye bye !

Pis non, maman, tu n’es pas égoïste si tu préfères garder ta tribu en pyjama devant un bon film de Noël, ben relaxe avec un bon chocolat chaud après une journée d’activité à l’extérieur. Parce que oui, à la fin de tes vacances des fêtes, tu vas te souvenir des bons moments passés avec eux au lieu du chialage « c’est plate, c’est long, on est fatigués ». C’est le moment pour toi de créer de beaux souvenirs, et peut-être même de nouvelles traditions. Apprendre à dire non c’est difficile, mais c’est comme enlever un plaster : plus vite tu le fais, moins ça fait mal !

Sur ce, bon temps des fêtes !

Fanny

Nouvelle maman qui ne pensait pas être maman. Elle avait des plans de carrière plus que des plans de famille. Elle a fait le saut, plutôt un saut de bungee sans élastique dans la maternité et la parentalité, parce que  tsey on ne peut pas remonter sans élastique. Donc, aweille les deux pieds dedans, sa vie prend un autre sens avec ce petit homme. Avant tout, une femme qui aime rire de tout et qui ne tient pas sa langue super attachée dans sa poche. De nature pas mal simple et extravertie, Fanny adore les petits plaisirs de la vie. Éducatrice spécialisée de métier, elle aime les gens et elle aime se dire qu’ils sont bons.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s