La fois où j’ai appuyé sur delete.

La fois où j’ai appuyé sur delete.

keyboard

par Anny

Mon premier bébé est né en 2012. Je n’avais pas de cellulaire ni d’ordinateur.

J’allais sur Facebook environ 1 fois par mois. J’étais entourée d’amis qui eux aussi devenaient parents. Nous avions tous des bébés différents et des formes de parentalité toutes aussi différente .

J’avais 21 ans et je lisais des tonnes de livres sur les enfants et leur développement. Je me donnais le plus possible à l’éducation de mon garçon.  Il a grandi à vitesse grand V et est devenu un jeune homme de 7 ans super intelligent et en pleine santé .

Mon deuxième bébé est arrivé l’été dernier. J’ai un téléphone intelligent et un ordinateur. Je vais sur Facebook et Instagram régulièrement. Je suis entouré d’encore plus d’amis ayant des enfants et d’encore plus de styles de parentalité différents.

J’ai 29 ans et je m’informe à tous les jours sur l’humain en général  en plus d’avoir été étudier un métier me permettant de travailler dans le domaine de l’éducation. Je continu de faire tout en mon possible pour ma famille. J’ai une fille de 6 mois qui jusqu’à maintenant se développe normalement et qui est magnifique.

Nous sommes en 2019. Les groupes de parents sur Facebook sont de plus en plus présents. Les nouvelles files à vive allure et nous bombardent de toutes part.

J’ai trouvé en moi une insécurité. Une faille. Celle d’une maman inquiète plus qu’elle ne le pensait. Je sais que la parentalité vient avec un sentiment de responsabilité intense. Mais j’ai découvert que j’étais fragile. Facilement ébranlable. L’anxiété est fréquente par chez nous et j’ai toujours réussi à quand même bien la gérer. Sauf depuis 6 mois.

Sauf depuis que bébé deux est arrivé. Le moindre rhume, la moindre fièvre ou le moindre point rouge sur sa peau me laissait présager le pire. Parce que tsey, j’ai vu l’autre jour sur le groupe de maman qu’un bébé est hospitalisé suite à tel ou tel virus… parce que j’ai aussi lu un texte expliquant combien les maladies infantiles sont de retour… et blablabla!

Pour vrai de vrai, la journée où ma fille a vomi en jet à 6 reprises suite à une intolérance alimentaire, j’ai craqué. J’étais déjà en train de m’imaginer le pire.

C’est la que j’ai dit stop!

J’ai fermé toutes les plateformes et je me suis désabonné des groupes de maman. Je me suis promis de ne plus chercher sur Google pour trouver réponses aux symptômes et j’ai repris le contrôle.

Si j’écris ce texte, c’est parce que je suis certaine de ne pas être la seule qui angoisse. Je ne suis pas l’unique maman qui ce demande pourquoi elle réagit ainsi à son deuxième ou troisième bébé alors qu’au premier tout allait bien.

Si tu es comme moi. Anxieuse. Si comme moi, ton sentiment de responsabilité envers tes enfants fait parfois défaut et grimpe dans le tapis… si surfer sur les groupes de maman n’aide pas à ta situation : Désabonne toi!

Dis stop.

Reprend le contrôle de ton cerveau de mère.

Respire et fais-toi confiance. Cesse de prédire le pire. Informe toi aux bons endroits.

Retourne aux sources, dis toi que ton premier et ta première sont encore là bien en santé même si tu n’avais pas accès aux « conseils » de toutes les autres mamans de ton Facebook.

Pour vrai de vrai, c’est important de se faire confiance et de vivre dans le présent à la place de prévoir l’imprévisible !

Delete.

Anny

Maman d’une petite tribu, qui aime transmettre à sa marmaille autant qu’elle aime apprendre d’eux.

Rencontrez tous les collaborateurs !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s