Je ne fais pas pitié

Par Alexandra

facebook-like

Vous commencez peut-être à me connaître et à comprendre que je collabore avec La Basse-Cour entre autre pour parler de différence. J’ai un enfant avec des besoins particuliers et je me suis donnée comme mission d’en parler le plus possible. Ce n’est pas dans le but de faire pitié ou encore d’attirer la compassion, mais bien pour défaire cette image erronée que la société se fait de l’autisme. J’espère que de mes textes aideront à sensibiliser les gens. Je crois sincèrement qu’un jour mon fils pourra sortir de la maison, être lui-même et ne plus collectionner les commentaires déplaisants. Je suis fière de mes textes et j’aime ma façon de présenter notre quotidien de manière positive. Pourtant, lorsqu’un de mes textes est publié, je vois plusieurs petits bonhommes tristounets dans les réactions et les gens m’écrivent pour me dire : « désolé que tu ais à vivre cela ». Comprenez-moi bien, je sais que leur réaction ou leur commentaire se veut compatissant comme une petite tape dans le dos. Parfois, lors de discussion avec d’autres gens au sujet de l’autisme de mon fils, on me regarde avec cet air piteux qui veut encore dire : désolé que tu ais à vivre cela. Ma vie je l’aime, mon fils aussi je l’aime et je le trouve merveilleux! Cela veut aussi dire que je trouve beau son autisme, ça fait parti de lui. Est-ce que ça m’apporte plus de défis? La réponse est oui, comme tout le reste de la parentalité. Notre vie n’est pas parsemée que d’épreuves, on récolte aussi beaucoup de belles victoires. Ce que l’on vit, on fait la paix avec et jamais, mais au grand jamais, je ne voudrais que mon fils sente que ma vie est lourde à cause de qui il est. Les gens semblent parfois oublié que mon fils a peut-être l’air dans sa bulle, mais qu’il n’est pas sourd et qu’il n’est pas con non plus, il comprend et entend très bien les conversations. Donc quand on me dit à quel point c’est l’horreur ma situation pendant que mon fils est à côté de moi, je capote un peu tsey. Je sais que plusieurs s’imagine être à ma place et se disent que jamais ils n’auraient l’étoffe de passer à travers les défis qu’on vit en famille. Justement, j’ai été choisi, moi, pour prendre soin de ce petit être unique. Je ne crois pas au hasard et mon côté spirituel est très développé, alors je crois hors de tout doute que Dieu m’a aussi donné les capacités pour prendre soin de mon beau Antoine. Est-ce que parfois je trouve cela difficile? Est-ce que parfois je me dis que je n’ai pas ce qu’il faut pour cela? Absolument! Encore une fois, comme tous les parents de ce monde. Alors j’espère voir plein de petits pouces en l’air et de petits cœurs dans vos réactions à ce texte. Mais par pitié, pas de bonhomme tristounet 😉

Alexandra

Maman étoile et fière de l’être !

Rencontrez tous les collaborateurs !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s